Les voyages du verre - De l'invention du verre...

Verre soufflé

Diaporama

<  Page 1 - 2 - (3)
Fiasque en verre soufflé incolore

Fiasque en verre soufflé incolore
République tchèque, 2002.
MCEM.
Inv. 10.07.2002.
© Photo MCEM - Virginie Louis.

Cette fiasque en verre composée d'un goulot fait de plusieurs tuyaux recourbés que l'on nomme « kuttrolf » ou « angster » est une reproduction contemporaine de ces étranges récipients du gothique finissant. « Kuttrolf » serait une onomatopée évoquant le glouglou du liquide versé. Cette forme bizarre a survécu jusqu'au XVIe siècle. Le corps de la bouteille est creusé en plusieurs renfoncements afin de faciliter la prise. Le procédé est parfois poussé si loin que le corps de la fiasque est transformé en un groupe de tuyaux. Ce système de tubes remontent vers le col du flacon. Le liquide passe donc par l'ensemble des tubes.

Clairon en vere soufflé moulé incolore

Clairon en vere soufflé moulé incolore
H. 25,3 cm.
MCEM.
Inv. 1997.20.120.
© Photo MCEM - Virginie Louis.

Instrument de musique en verre fin. On en connaît un certain nombre au XVIIIe siècle dont il est difficile de dire s'ils avaient un usage spécifique ou d'ornement.

Chandelier en verre soufflé moulé incolore

Chandelier en verre soufflé moulé incolore
France, Normandie, XVIIIe siècle.
H. 18 cm.
MCEM.
Inv. 1997.20.127.
© Photo MCEM - Virginie Louis.

En France, la mention la plus ancienne des chandeliers remonte au XIVe siècle. Mais, il faut attendre le XVIe siècle pour voir apparaître un peu partout des chandeliers en verre aux formes proches du mobilier d'étain et d'orfèvrerie. Les chandeliers furent traités jusqu'au milieu du XVIIIe siècle à la façon de Venise. Le décor est alors généralement rapporté en verre pincé. C'est dans le dernier tiers du XVIIIe siècle qu'apparaissent les chandeliers traités dans la façon de Bohême avec un décor taillé. A la même époque, la Normandie est un important centre de production de chandeliers.

Aspersoir à eau de rose en verre soufflé moulé avec quatre becs verticaux rapportés

Aspersoir à eau de rose en verre soufflé moulé avec quatre becs verticaux rapportés
XVIIIe siècle.
H. 26,4 cm.
MCEM.
Inv. 1997.20.150.
© Photo MCEM - Virginie Louis.

Les aspersoirs à eau de rose ou à parfum ont été utilisés dans de nombreux pays, notamment ceux du pourtour méditerranéen. Le monde islamique en a fait un usage très important. Ainsi, l'aspersion des invités à l'eau de rose faisait partie des règles de l'hospitalité. L'aspersoir fut très en vogue au XVIIe et au XVIIIe siècle, notamment en Espagne.

Atelier Egermann

Atelier Egermann
République tchèque, Novy Bor, Mission 2002.
© Photo MCEM - Florence Pizzorni.

Sur le tronc est posée la forme en papier de l'objet à réaliser, un verre à pied. Elle servira de patron pour réaliser le moule dans lequel l'objet sera soufflé.

Atelier Egermann

Atelier Egermann
République tchèque, Novy Bor, Mission 2002.
© Photo MCEM - Florence Pizzorni.

Vue de l'intérieur de l'atelier. Au premier plan, un verrier est en train de souffler la paraison dans un moule.

Atelier Egermann

Atelier Egermann
République tchèque, Novy Bor, Mission 2002.
© Photo MCEM - Florence Pizzorni.

Le verre encore accroché au pontil est placé dans un moule pour être soufflé.

Atelier Egermann

Atelier Egermann
République tchèque, Novy Bor, Mission 2002.
© Photo MCEM - Florence Pizzorni.

Atelier Egermann

Atelier Egermann
République tchèque, Novy Bor, Mission 2002.
© Photo MCEM - Florence Pizzorni.

Le verrier est en train de façonner la pièce de verre à la pince.

<  Page 1 - 2 - (3)